L’épandage de compost peut-il être une source de pollution des sols ?

Plusieurs guides composteurs s’interrogent sur  la concentration en polluants du compost produit en pied d’immeuble. En effet, dans la mesure où la plupart des épluchures, fruits et légumes qui y sont déposés ne sont pas biologiques, les adeptes du jardinage écologique peuvent s’interroger sur l’éventuelle pollution de leur sol que peut engendrer l’épandage de ce compost.

illustration compostage et pollutionLes polluants présents au départ sont-ils toujours là une fois le compost mûr ? En d’autres termes, est-ce que le processus de compostage élimine les polluants ?

Pour répondre à cette question il faut distinguer les polluants biologiques des produits phytosanitaires. Pour ce qui est des polluants biologiques (végétaux envahissants, champignons, moisissures, etc.), le compostage est un très bon moyen de les éliminer. En effet, le processus de décomposition de la matière organique en humus produit une forte chaleur.

Or, cette chaleur est le principal moyen hygiéniser le compostage. Si le tas est suffisamment gros, la température peut monter jusqu’à 70°C, ce qui fait disparaître les coliformes, les streptocoques, les salmonelles et les œufs d’helminthes. En effet, plus le tas est grand, plus la température monte et reste élevée un temps suffisant (grâce à l’inertie apportée par le volume et le poids).

Pour ce qui est de la teneur en métaux lourds, elle dépend de la teneur initiale des matières premières compostées. Dans la mesure où le compost produit en pied d’immeuble est composé des déchets de nos cuisines, on ose espérer qu’il n’en contient pas trop ! Concernant les produits phytosanitaires, nous manquons d’études sur le sujet. Quoi qu’il en soit, même si le compost produit en pied d’immeuble ne peut pas être certifié bio, il sera toujours plus écologique que l’incinération.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire