Généralités

Trois règles d’or

Le compostage est un processus de transformation biologique effectué par des micro-organismes, dans des conditions contrôlées, qui fournit un produit stable et sain pour l’environnement.

La pratique est simple; il suffit de suivre 3 règles d’or pour obtenir un bon compost :

  1. Réduire en morceaux : la décomposition se fait plus rapidement si vos apports sont fragmentés.
  2. Diversifier : le compost est un mélange équilibré de matière azotée (épluchures, gazon, etc.) et carbonée (feuilles mortes, bois déchiqueté, etc.)
  3. Contrôler les conditions : le compost doit être humide comme une éponge pressée et il faut l’aérer en le brassant de temps en temps.

Que mettre dans le composteur ?

Épluchures, Déchets de légumes et de fruits (crus ou cuits), Fleurs fanées, Tailles de haies, Brindilles, Fruits et légumes abimés, Marc et filtre de café, Sachets de thé, Coquilles d’oeufs écrasées, Essuie-tout, Serviettes en papier, Mauvaises herbes.

En quantité limitée : Restes de repas, Pain rassis, Gazon, Pommes de terre germées, Pelures d’agrumes, Coquilles dures (noix…), Cendres de bois.

A éviter !

Viande, poisson, produits laitiers, huile et graisses, litières d’animaux, papiers encrés en couleur, couches, végétaux traités, plantes malades, thuyas, cyprès, laurier et plantes invasives, déchets médicaux (pansements,..), poussières de balayage, sacs d’aspirateurs, déchets pollués ou toxiques et tous les matériaux non biodégradables (verres, plastiques, bois traité, etc.)

 

Chasse aux idées reçues !

Odeurs : le compost ne dégage aucune mauvaise odeur grâce à l’apport d’oxygène.

Nuisibles : la matière se décompose rapidement et le compost monte en température, ce qui n’attire pas les rongeurs .

Jus : les jus s’infiltrent dans la terre ne salissant pas le site de compostage.

Trop de déchets

  • Un Français produit en moyenne 360 kg de déchets par an.
  • Logique dans une société du gaspillage : Nos habitudes collectives et individuelles supportent un modèle de production et de consommation non-soutenable.
  • Un traitement qui coûte cher : Pour des raisons économiques et écologiques, la collectivité par le biais du SYBERT et du Grand Besançon, a décidé de limiter l’incinération, favorisant la prévention, le compostage de proximité et en mettant en place la redevance incitative (à la pesée) en 2012.
  • Une crise sociale : L’individualisme est omniprésent dans notre société conduisant à fracture importante du lien social. Nous devons nous interroger sur nos conceptions et nos pratiques pour améliorer les choses.

 

 

 Passons à l’action dès maintenant !

  • Réduisons nos déchets : la meilleure façon de traiter les déchets n’est pas technique mais comportementale.
  • Compostons : grâce à la valorisation de nos déchets organiques par le compostage, nous pourrons réduire de près d’1/3 le poids de nos ordures ménagères.
  • Apportons de la convivialité : pour offrir d’agréables perspectives, multiplions les temps d’échanges et les rencontres ! Le compostage collectif, un geste convivial, s’intègre dans une démarche locale génératrice de sens collectif.