Comment produire votre propre broyat?

Pour obtenir un beau compost, bien aéré, pas trop humide et de qualité, il est indispensable d’avoir un bon rapport carbone/azote. En d’autres termes, il faut incorporer dans votre compost de la matière brune, dure et sèche, comme par exemple des branches broyées, des feuilles mortes ou de la paille, aux déchets de cuisine.

La plupart du broyat utilisé dans les composteurs à Besançon provient de l’entreprise d’élagage Vert-tiges. Mais savez-vous qu’il est possible de le produire sur place ? Votre site de compostage sera ainsi autonome en broyat.

feuilles long

Pour ce faire, mettez de côté les tailles de haies, arbustes et arbres des espaces verts de votre immeuble et réduisez les en morceaux avec un broyeur à végétaux. Nous vous rappelons que nous pouvons vous prêter le nôtre. Si vous préférez en acheter un, nous vous conseillons d’éviter les 1er prix et d’opter plutôt pour un broyeur de qualité. Vous pouvez l’acheter à plusieurs avec vos voisins pour ensuite le mutualiser.

Pour les branches qui ne peuvent pas passer dans le broyeur, utilisez un sécateur et coupez-les en petites sections d’environ 5 cm. Vous pouvez aussi récupérer les feuilles mortes de vos espaces verts, les laisser sécher et les incorporer dans le bac de structurant.

Attention, certaines essences de végétaux sont à éviter car elles ralentissent le processus de décomposition de la matière organique. C’est le cas des feuilles de noyer encore vertes et des branches de résineux (thuyas, pins, cyprès…)  ou encore le laurier. Les plantes invasives (renouée du Japon, ambroisie, buddleia…) ou malades sont également à éviter.

En conclusion, les branchages et les feuilles mortes ne sont pas des déchets, se sont des ressources !

Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, le Sybert a publié un petit manuel des ressources du jardin.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire